[Vidéo] François Reibell et Pascal Woitier au micro de Nicolas Doze



Les contraintes réglementaires et les nouveautés du secteur poussent les organismes assureurs à se transformer. Les cabinets de conseil Strada Conseil et Neuros sont là pour les accompagner dans ces projets. François Reibell, président du groupe Strada et Pascal Woitier, directeur général de Neuros, nous parlent de ces enjeux.


Quels sont les services offerts par Strada Conseil et Neuros aux assurances ?

François Reibell : Strada Conseil est un cabinet de conseil qui réalise exclusivement des prestations intellectuelles pour des grands comptes de l’assurance ou des mutuelles, principalement sur la réassurance et l’IARD. Nous intervenons pour sécuriser des transformations, d’abord lors de la définition du projet, puis sur la mise en œuvre. Autour de ces prestations, nous faisons de la conduite du changement, de l’accompagnement et de la formation.

Pascal Woitier : Le groupe Strada a récemment racheté Neuros. Nous avons le même métier de conseil sur des projets de transformation, mais nous l’appliquons sur la partie assurance de personnes.

FR : L’effectif de Strada et de Neuros est constitué de professionnels issus des organismes d’assurances ou de cabinets de conseil, qui sont capables de parler le langage complexe de nos clients, mais avec une forte expertise sur la conduite de transformation, tant sur l’IT, le métier que sur l’organisation.

Quelles sont les nouvelles contraintes que connaît le secteur de l’assurance ?

FR : Énormément de contraintes entrent en ligne de compte, comme les normes de présentation financière Solvency 2 ou IFRS 17, qui nécessitent des changements importants. La taxonomie pour la partie RSE va également induire des problématiques de présentation de comptes, et de se demander quels risques et actifs assurer.

Aujourd’hui, il y a des dérives dans la sinistralité, dans certaines branches. L’impact du changement climatique induit une sinistralité de plus en plus forte, nous le voyons avec les catastrophes naturelles et les incendies. Et cela a un impact sur la rentabilité des assureurs avec des vraies questions sur les primes.

PW : Les contraintes portant sur les organismes complémentaires sont principalement règlementaires, notamment le RGPD, qui est particulièrement sensible avec le traitement des frais de soins, le 100% santé et la résiliation intra annuelle, qui permet désormais de résilier sans attendre la date anniversaire.

Quels sont les projets de transformation qui se mettent en place ?

PW : Les organismes cherchent à faire des économies de coût en se rapprochant et en fusionnant, pour faire des économies d’échelle et mutualiser les coûts. En 15 ans, il y a eu une diminution de 70% du nombre d’organismes gérant de l’assurance santé.

FR : Les contraintes règlementaires induisent ces concentrations. D’autres types de transformations sont liés à l’arrivée de nouveaux acteurs, comme les GAFA ou des start-ups, mais aussi à de nouveaux canaux de distribution et de nouveaux produits d’assurance, comme le cyber risque, les pandémies et les nouvelles mobilités. Cela induit de digitaliser et pérenniser la relation avec l’assuré et nécessite des refontes conséquentes des processus d’organisation ou des systèmes d’information.